POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

TekSavvy réagit à la décision du CRTC sur les frais imposés aux utilisateurs d'Internet

25 janvier 2011. Chatham, Ontario.

TekSavvy Solutions Inc., l’un des principaux fournisseurs indépendants de services Internet au Canada, réagit avec déception à la décision rendue aujourd’hui par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) à propos de la facturation à l’utilisation des services Internet. Cette décision restreint la capacité de servir ses clients au meilleur de ses capacités et d’offrir une solution de rechange concurrentielle et efficace aux fournisseurs de services de télécommunications, tels que Bell, qui dominent le marché du service Internet.

« Nous sommes découragés par la décision du CRTC de nous obliger à facturer quasiment le même montant à nos clients pour la bande passante utilisée que le montant facturé par Bell, déclare Rocky Gaudrault, PDG de TekSavvy. Essentiellement, cette décision donne la possibilité aux entreprises titulaires telles que Bell d’augmenter leurs marges de profit et d’étouffer la concurrence, et ce, sans frais. Si Bell veut facturer un montant injustifiable sur le plan économique pour le téléchargement à ses clients, cela relève de l’entreprise. Toutefois, nous ne devrions pas être obligés de faire de même. Dans la décision, nous avons demandé un rabais de 50 % afin d’avoir une certaine souplesse pour servir nos clients, mais le CRTC a restreint ce rabais à 15 %. Par conséquent, nous sommes essentiellement coincés avec la tarification servant uniquement les intérêts de Bell. »

La facturation à l’utilisation est une « taxe » de plus en plus controversée sur le téléchargement pratiquement unique au Canada, qui fait payer les consommateurs des prix arbitrairement élevés pour le téléchargement afin de les dissuader d’utiliser la bande passante. TekSavvy et les entreprises similaires achètent leur bande passante auprès des entreprises de télécommunication et des câblodistributeurs à des tarifs de gros stipulés par le CRTC, lesquels devraient prétendument permettre à TekSavvy et aux autres entreprises de compétitionner, tout en fournissant une compensation raisonnable aux fournisseurs comme Bell.

« Nous comprendrions la vulnérabilité du rabais si Bell devait assumer des coûts importants pour chaque gigaoctet différentiel téléchargé par les utilisateurs, mais ce n’est pas le cas, indique M. Gaudrault. Le motif apparent et théorique derrière la facturation à l’utilisation (UBB) est la conservation de la capacité, mais cet enjeu est très discutable. Quoi qu’il en soit, un résultat certain de cette décision est que Bell réalisera beaucoup plus de profits relativement à son service Internet et que cela dissuadera les Canadiens de regarder la télévision et des films sur Internet plutôt que sur CTV, qui appartient maintenant à Bell. »

Pour plus d’information, veuillez contacter:

media.relations@teksavvy.ca